Skip to content

Découvrir la haute école ou comment flinguer un étalon PRE avec le PNH

By | Published | Aucun commentaire

Un brun provocant le titre ? C’est pourtant ce qui s’est passé.
 
Pas la peine de me dire que quand c’est bien fait …. Oui je sais que ça existe, et c’est pas le propos ici.
Je suis arrivée au Canada , les choses se sont calmées aux écuries, je suis toujours épuisée par le rythme et l’hiver qui arrive, mais j’ai mes marques avec les chevaux que j’ai au travail et j’ai aussi plusieurs super chevaux d’école qui m’apprennent énormément.
 
J’ai appris la verticalité grâce à la levade avec un vrai prof de 20 ans.
J’ai eu mes première sensation de Piaffer avec un cheval de 16 ans.
J’ai compris les fondements de cette « haute école » avec Roberto, 8 ans, étalon PRE noir, que vous voyez dans la vidéo. La petite grise du début, c’est Fianna du post précédent sur le Canada.
J’ai pris plaisir à continuer le débourrage d’un cheval de 5 ans à qui on laissait le temps de grandir , de se fortifier , et consolider une vrai bonne basse école.
 
Je n’avais pas regardé cette vidéo depuis quelques années. J’avais honte de toutes ses imperfections . Aujourd’hui, il y a nombre de certaines choses que je demanderai et ferai différemment mais je la regarde à présent avec beaucoup d’affection.
Je suis arrivée dans cette écurie avec de bons bagages en connaissance du comportement des chevaux, ce qui m’a permis de ne pas me faire bouffer par les chevaux en colère ou en détresse.
J’avais aussi le début de ma recherche posturale amorcée en France, ce qui m’a permis de comprendre pourquoi les chevaux ne peuvent pas passager avec une posture du cavalier incorrect. Et il faut le dire, m’a donné un peu de solidité pour vivre tout ça.
 
J’avais aussi le yoga pour me maintenir à flot, sans lequel j’aurais sombré d’épuisement.
Je ne sais pas comment j’aurais pu comprendre et profiter de ce que j’ai vécu et comment « le rêve » serait devenu réalité sans tout ça.
 
Dans la vidéo pas de haute école, juste du travail monté en vidéo, avec ce que je sentais juste ce jour là avec Roberto, dans un soucis essentiel de se comprendre, d’être au plus juste malgré les difficulté du cheval.
Pas évident du tout avec ce cheval qui avait été débourré en méthode Parelli, où clairement le fameux « désengagement des hanches », était tout sauf ce qui fallait à son arrière-main. J’ai pu travailler un peu liberté au sol avec Roberto. Il s’en fallait de peu pour qu’il me propose à chaque fois de bouger les hanches et … éventuellement m’attaquer toutes dents dehors 😅
Il y a eu aussi ce jour où le cheval m’ a coincé dans les 90 cm entre le mur et la porte du manège. Aujourd’hui encore je ne sais pas comment il a fait.
Heureusement qu’il n’était pas fâché avec le travail monté, ça nous a vraiment permis d’avoir un espace où nous comprendre pendant 6 mois.
 
Tout ce qui ressemblait à de l’équitation m’a sauvée avec Roberto.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire !