Skip to content

La part primaire face aux temps modernes

By | Published | Aucun commentaire

default img

 
On peut voir le monde en deux parties : tout ce qui a su garder du lien avec sa part primaire et tout ce qui aurait perdu ce lien.
 
La part primaire , ça touche tout ce qui nous relie profondément à notre histoire commune d’être humain et d’être vivant.
Par exemple, je pense que nous sommes fondamentalement attiré par les chevaux depuis si longtemps que ça nous a, d’une part permis de domestiquer le cheval mais aussi de rester en lien avec lui jusqu’à en bouleverser l’histoire de l’évolution de l’humanité.
Nous sommes fait pour vivre avec des chevaux, c’est une certitude. Si on garde du lien avec sa part primaire.
Ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
Aujourd’hui, j’arrive enfin à formuler et à nommer une souffrance si grande, si majeure et si commune que j’ai peine à y croire.
 
Toutes années où l’on vit amputé de sa part primaire, sont des années sombres.
La part primaire , c’est vivre en harmonie avec son propre corps dans un environnement adapté.
La part primaire, c’est aussi interroger et réguler dans sa vie beaucoup de sujet d’importance capitale comme :
 
– le travail : esclavage vs physiologique
– les animaux : dominés vs apprivoisés
– l’éducation : école vs apprentissage libre et en famille
– l’alimentation : indus vs simple et nourrissante
– le soin : invasif vs préventif
 
Il ne s’agit pas de cocher toutes les cases, mais ce qui est certains c’est que la blessure à vivre sans sa part primaire est insupportable pour bin nombre d’entre nous.
Si quelqu’un ici veut travailler 3 h par jour et vivre la vie pour laquelle il ou elle a été crée, il faut qu’il ou elle sache que c’est possible.
Ce n’est pas un rêve, c’est une nécessité absolue de relier sa part primaire.
 
Un rdv sur le sujet le 1er février ?
 
En photo, l’homme oiseau du puits de la grotte de Lascaux .
Voici comment l’abbé Breuil décrit la scène et son implantation :
 
« Le fond du puits possède un groupe plus exceptionnel : à gauche un rhinocéros s’éloigne au petit pas ; au centre, en trait noir, un homme semi-schématique gît à côté d’une sagaie et d’un propulseur; à droite, un bison à contours noirs le contemple et semble perdre ses entrailles comme un cheval de corrida éventré. Il semble qu’il s’agisse de la figuration d’un drame préhistorique. Près de l’homme, un oiseau est perché sur un piquet, probablement symbole totémique ou poteau funé-raire. »
H. Breuil, Rapport lu à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres le 11 octobre 1940, in Laval Léon et alii
Peut être de l’art
 
 
 
Toutes les réactions :

Christophe, Edmée et 3 autres personnes

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire !